Résultat de recherche

Les 28 et 29 mars dernier se tenait à Paris la 2ème édition du France Bière Challenge organisé par BeCoMev, avec l’appui de deux experts indépendants reconnus : Elisabeth Pierre et Hervé Loux. Une compétition nationale visant à juger une sélection de bières françaises présentées par des brasseurs disposant de leurs installations en France. L’enjeu est important ! Pour les brasseries inscrites, en premier lieu, mais aussi pour la filière avec l’objectif de révéler la diversité et la qualité des bières produites dans notre pays. J’ai eu la chance de représenter L’Echappée Bière lors de ce concours qui fait déjà référence auprès des experts et des brasseurs.

Je vous vois d’ici froncer les sourcils et vous interroger : mais comment diable se déroule un tel événement ? Allons faire un tour dans les coulisses !

Concours de bière, késako ?

Vous ne le savez peut-être pas mais il existe de nombreux concours de bières ! Chez votre caviste ou en magasin, vous avez certainement déjà vu apposés sur certaines bouteilles de bière des écussons avec la mention « médaille d’or paris » ou « World Beer Award » par exemple. Et peut-être même que ces récompenses ont été un facteur décisif dans votre achat.

Les concours sont soient internationaux (brasseries postulantes issues de différents pays) soient nationaux (les brasseries ont leurs installations dans le pays concerné). Les brasseurs sont libres d’y inscrire leurs bières ou non et cette participation est payante, avec des tarifs allant de quelques dizaines à plusieurs centaines d’euros. L’enjeu ? Une reconnaissance par les professionnels du secteur mais aussi, à la clé, une précieuse médaille. Celle-ci offrant un incontestable accroissement de notoriété, une augmentation des ventes et l’opportunité pour la brasserie d’élargir son réseau de distribution voire d’investir de nouveaux marchés (à l’international, par exemple). Auréolées du macaron de la victoire, les bières gagnantes sont – aux yeux des consommateurs – gages de qualité ! De nombreux facteurs permettent de déterminer la qualité ou non d’un concours, et le crédit que l’on peut accorder à ses résultats. Ce ne sera pas ici l’objet de notre article. Mais si vous vous posez des questions avant d’acheter votre bouteille, renseignez vous rapidement sur le concours concerné, décryptez attentivement la médaille, et lisez cet article. Ce qu’il faut savoir, c’est que les bières concourent généralement dans des catégories définies, selon leurs styles. Ainsi, une bière obtenant une médaille d’or ne signifie pas qu’elle est LA meilleure bière du concours mais qu’elle est jugée la meilleure dans sa catégorie, parmi les autres bières goûtées. Par ailleurs, il est souvent possible d’attribuer plusieurs fois l’or, l’argent ou le bronze dans une même catégorie. Car il ne s’agit pas de récompenser le 1er, le 2ème ou le 3ème mais un niveau de qualité.

En somme, lorsque vous vous trouvez face au rayon bières et à ces médailles adoptez cette attitude élémentaire : soyez curieux, gardez l’esprit critique et, surtout, identifiez après coup si oui ou non vous avez aimé la bière dégustée. C’est à votre palais qu’il faut se fier avant tout !

Les concours de bière en France, rapide aperçu

Avant de parler plus précisément de mon expérience de juré au France Bière Challenge, je vous propose un tour d’horizon des concours existants. En France, le plus connu est le CGA (Concours Général Agricole) qui se déroule chaque année lors du célèbre Salon de l’Agriculture. De nombreuses médailles sont décernées et la presse française régionale se régale de ces récompenses. Il est organisé par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et le CENECA (Centre National des Expositions et Concours Agricoles). Il concerne plusieurs catégories, dont celle des « produits » où s’inscrivent les bières. Vous avez déjà vu les macarons-récompenses du CGA, j’en suis certaine (« médaille d’or/d’argent/de bronze Paris » avec la mention Concours Général Agricole) ! Sans le déprécier, ce n’est pas le concours français de bières le plus exigeant.

Un peu moins vieux, il y aussi le concours des Fourquets qui se déroule à St Nicolas de Port à l’occasion du très connu Salon du Brasseur. Pour identifier les médailles, c’est simple ! On y voit un fourquet (cet instrument qui ressemble à une pelle et qui sert précisément à brasser).

De nombreux événements et festivals français ont d’ailleurs aujourd’hui leurs propres concours, parfois ouverts aux brasseurs amateurs (Type La Paris Beer Week).

Le France Bière Challenge est un petit nouveau puisqu’il s’agissait cette année de la 2ème édition. Il a été créé par les organisateurs du – reconnu – Brussels Beer Challenge dont le jury est international et les bières aussi. Un concours exigeant et qualitatif !

Mon expérience de juge au France Beer Challenge 2019

Le jour où vous êtes sollicité pour être juge sur un tel concours est nécessairement enthousiasmant ! Pour qui travaille dans le secteur brassicole, c’est une forme de reconnaissance car les organisateurs estiment que vous avez l’expertise suffisante pour figurer parmi les 45 dégustateurs internationaux (et pas des moindres ! C’est assez impressionnant). Je ne vais pas vous mentir, l’exercice n’a rien de pénible. Au contraire ! Mais il est très sérieux. Et surtout, il s’apparente à un véritable marathon ! Au programme : 480 bières dégustées sur 2 matinées (L’an passé, il y avait 420 bières inscrites). N’ayant jamais participé à une telle expérience auparavant, je nourrissais une légère crainte sur ma capacité à déguster des bières en matinée. A cela s’en ajoutait une autre : quel style allait être attribué à ma table ? Légère appréhension en pensant qu’il pourrait s’agir de bières avec un taux d’alcool élevé. Marrez-vous ! ça n’a pas loupé.

En somme, après un long et contraignant programme de dégustation auquel je me suis astreinte (dur, dur la vie de biérologue), j’ai fait ma valise. Et c’est ainsi que – le cœur léger – je quittais ma province lilloise pour me rendre à Paris.

Le fonctionnement global du concours

Pour le premier jour, rendez-vous matinal fixé à 8h45. Après un accueil chaleureux des organisateurs, chaque juge se rend à sa table pour faire la connaissance de ses 4 colistiers et découvrir les 2 catégories de bières dégustées sur la matinée. Concernant les catégories, je resterai silencieuse préservant jusqu’au bout le principe de l’anonymat (toutes les bières sont évidemment servies à l’aveugle. Jamais les juges ne savent quelles ont été les brasseries concourantes sauf pour celles qui obtiendront des médailles). Concernant les acolytes, j’étais entourée de prestigieux dégustateurs : Damien – brasseur belge, Samy – créateur d’un site de vente de bière en ligne (ayant suivi la formation Doemens), Luc – co-fondateur d’une brasserie québécoise et enfin, Christine journaliste spécialisée dans les spiritueux et les bières. A chaque table, le juge le plus expérimenté est nommé « président ». Son rôle ? Conseiller, orienter le débat, et trancher si besoin.

Face à moi, un set de table avec des emplacements numérotés, dédiés aux dégustations à venir. Sont présentes également 31 fiches de dégustation nominatives qui vont nous permettre de consigner nos analyses et les notes attribuées à chaque bière. Ces fiches sont très bien pensées ! Elles décomposent l’analyse en plusieurs étapes : L’apparence, les arômes, les goûts et structure, la qualité technique (on s’intéresse ici aux défauts éventuels, à l’équilibre général…) et enfin la conformité à la catégorie. Vous vous souvenez de ce que je vous disais plus haut ? Chaque brasseur présente une bière dans une ou plusieurs catégories précises, définies par les créateurs du concours : IPA, Triple, Sour, Blondes fortes, Stout, Bières avec ajout d’ingrédients par exemple. Au total, 35 catégories de styles de bières pour la 2ème édition du France Bière Challenge (que l’on peut retrouver ICI : https://francebierechallenge.fr/wp-content/uploads/Categories_FBC2019.pdf). La conformité à la catégorie est donc un critère primordial. C’est le gage d’un produit maîtrisé, conforme à un style recherché avec son cahier des charges. Mais justement, quel est-il ce cahier des charges ? Pour s’assurer que les juges d’une même table se basent sur des critères identiques, l’équipe organisatrice prend soin de nous donner une fiche descriptive de chaque style. Avec ses caractéristiques et les critères discriminants.

Avant de rentrer dans le vif du sujet avec les dégustations, il importe de vous expliquer comment sont attribuées les médailles : en aucun cas, il ne s’agit de réaliser un podium systématique. Il s’agit de juger la qualité des bières. Si les jurés estiment qu’aucune bière ne mérite l’or, il ne sera pas décerné. En revanche, il est tout à fait possible de décerner plusieurs médailles d’une même couleur dans une même catégorie. Les médailles correspondent aux critères suivants :

OR : des bières exceptionnelles

ARGENT : des bières de qualité supérieure à la moyenne

BRONZE : des bières sans défauts, équilibrées

HONNEUR : des bières qui méritent une distinction, un encouragement

A mon sens, ce mode de distribution des médailles est un réel gage de qualité et d’exigence du concours ! Je dois reconnaître qu’à ma table, nous avons été des juges plutôt sévères et l’or n’a pas été systématiquement attribué… mais c’est aussi une indication sur le niveau général des brasseries concourantes.

30 bières sur la matinée…

Allez, ça y est ! On démarre ! Une première bière de type Lager est servie pour « préparer nos palais ». Plutôt appréciable pour faire disparaître le goût du dentifrice ou du café (l’ennemi du dégustateur de bières) ! Au programme pour notre table : un premier style avec 5 bières concourantes. Puis une seconde catégorie, composée de 25 bières. Pour cette dernière, nous avions décidé de déguster les bières par séries de 8, avec un bilan à l’issue de chaque session. Je dois reconnaître que l’exercice est difficile et qu’au bout d’un moment, le palais sature. Cela questionne donc sur le procédé. Ce fonctionnement n’est pas identique sur chaque concours, m’apprend justement l’un de mes collègues. Pour éviter cet écueil, certaines compétitions proposent à plusieurs tables de juger un même style, faisant progressivement remonter les meilleures bières pour finalement juger ensemble le panel estimé le plus qualitatif et décerner les médailles. Intéressant mais pas sans défaut non plus puisqu’il rend plus difficile d’avoir un aperçu du niveau général ! Quoi qu’il en soit, l’exercice de la dégustation est exigeant. D’ailleurs, le silence règne dans la pièce. Il est uniquement rompu lorsqu’une série de dégustation s’achève et que la table délibère. Conscients des enjeux, chacun se concentre intensément et s’astreint à être le plus détaillé possible dans son analyse. Car, point positif, les remarques des juges pourront être transmises aux brasseries candidates. Certaines y voient l’opportunité d’avoir un retour objectif et constructif d’experts sur les bières qu’elles présentent.

Ma chance ? Nous étions plutôt raccord à notre table ! Il a été assez rare qu’un désaccord s’installe. La deuxième catégorie jugée étant composée de nombreuses bières, nous avons repoussé la délibération au lendemain en goutant de nouveau notre sélection des bières les mieux notées. Fait rassurant : les impressions et analyses sont identiques entre le Jour 1 et le Jour 2. C’est tout bon ! On peut délibérer sereinement.

Globalement, l’organisation du concours est vraiment irréprochable. Le lieu idéal (lumineux !), les consignes claires, les partis pris de classification intéressants, le service bien mené avec un total respect de l’anonymat des brasseries. Léger bémol toutefois avec des bières parfois servies sans mousse. Mais comment savoir si c’est la bière ou le service qu’il faut incriminer ? A noter aussi que nous avions donné pour consigne d’amener les bières par 8 et non les unes après les autres… peut-être une erreur de notre part ! Mais utile lorsqu’on veut avoir un comparatif…

En conclusion, l’expérience est très enrichissante. Elle permet également de mesurer la qualité de son propre jugement et de ses compétences de dégustateur. J’ai goûté de bonnes bières, bien maîtrisées, d’autres avec de réels défauts (ah ce petit parfum de solvant pas très sympathique, qui est souvent revenu…) et d’autres qui gagneraient à être plus complexes. Je trouve toutefois difficile de dégager des conclusions sur le niveau des brasseries françaises à l’issue de ces 2 jours. Un concours ne peut être pleinement représentatif de la qualité des brasseries de notre pays.

Les résultats du France Beer Challenge 2019

Les bières des brasseries médaillées ont été annoncées le 08 avril à Planète Bière. Avec une cérémonie de remise des prix en direct, en compagnie des partenaires de la compétition : L’Ecole Hôtelière Sainte Thérèse, Milliet Fermentis, Dry Brewing Yeast, Visages du Monde – Agences de Voyages Loisirs & Groupes, Cafés Richard, Le pod’capsuleur, Bier Grand Cru / Bière Grand Cru, Planète Bière Paris 2019, Paroles de Fromagers, Bières et Mets, Cave du Tire-Bouchon et tous les brasseurs médaillés.

Vous retrouverez tous les résultats ICI

Bravo à tous les brasseurs qui – s’ils s’inscrivent librement à ce concours – jouent le jeu d’une démarche ouverte à la critique. Jamais facile…

 

Pour plus d’infos :

https://www.facebook.com/FranceBiereChallenge/

https://francebierechallenge.fr/

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *