Résultat de recherche

Ce vendredi 07 juin, L’Echappée Bière organisait ses deux Nuits de la Bière, au départ de Lille et Strasbourg. AU programme, 8 brasseries, des dégustations, un cochon grillé, des tartes flambées, un DJ, une fanfare, quelques cernes, deux « paquitos » et beaucoup de bonne humeur…

Vendredi 18h30

Le bus quitte Strasbourg et la Place de l’Etoile, en direction de Schiltigheim, la « Cité des Brasseurs », pour la première visite de la soirée : la brasserie Storig !

Vendredi 19h

Les deux cars dans lesquels ont pris place les 100 noctambules lillois s’ébranlent du centre-ville de Lille. Direction une institution du Nord : la Ferme-Brasserie Beck, à Bailleul, à 30 minutes de Lille.

Vendredi 19h30

A Bailleul, les participants sont accueillis à la ferme-brasserie par un certain Miguel. Le brasseur ? Pas du tout : c’était le nom donné à la tempête du jour par Météo-France. Miguel nous oblige à réaliser la visite des houblonnières depuis les cars. Pas plus mal : chacun des participants se montre ainsi ultra intéressé.

A la faveur d’un rayon de soleil, nous quittons les cars et la visite se poursuit, notamment celle de la micro-brasserie. Puis, place aux dégustations de la Hommelpap, bière « fraîche » brassée avec les houblons et l’orge produits sur place. Accompagnées d’un cochon grillé et de frites fraîches, dans une ambiance d’Oktoberfest, nous sommes franchement pas mal…

A Strasbourg, les participants rejoignent joyeusement la première visite.  Le Biergarten n’étant pas disponible à cause de l’orage qui s’annonce, le repli est orchestré dans le caveau de la brasserie : l’ancienne  cave glacière de la brasserie Adelshoffen ! Chacun découvre  cette belle cave voûtée, joliment éclairée : la magie de cette première nuit, tout doucement peut s’inviter !

Un premier groupe, emmené par Laurent, visite la brasserie, pendant que le second déguste ses deux premières bières maltées, ambiancé  par  des tartes flambées aux parfums variés. Bienvenue aux amoureux de la gastronomie ! La bière, de Strasbourg à Schiltigheim,  se raconte déjà en musique, avec un air de franche convivialité et de gaieté partagées.

Vendredi 22h30

La nuit bat son plein, et la fatigue ne se fait pour l’heure pas sentir. A la Brasserie 3 Monts (Saint-Sylvestre Cappel), les noctambules lillois ont eu l’heureuse surprise d’être accueillis par le géant du village et sa fanfare. Grosse ambiance, donc, d’autant qu’une animation de lancer de hache (ultra sécurisée, je vous rassure !) ajoute encore du fun à la soirée !

Pierre Marchica, le patron de la brasserie, enchaîne par ailleurs les visites de cette grande et incontournable brasserie des Hauts-de-France. Côté dégustation, tout se passe bien avec la 3 Monts classique, ou les petites nouvelles Saison et Houthakker.

 

Guidés par une superbe lumière « d’après orage », les Alsaciens partent direction Hocheflen, au coeur du Kochersberg : le coucher du soleil caresse  les lignes effilées des houblonnières que nous croisons sur notre route. Le fonds du bus, entraîné par une playlist endiablée, met une belle ambiance, dans l’attente de la Villla Météor, toute proche de la capitale alsacienne du houblon, et par ailleurs village d’enfance d’Alain Bashung : Wingersheim ! Déposés à la Villa par Mr Claude, le chauffeur du bus,  ce n’est pas Joséphine qui ose, mais  Edith qui nous fait voir la vie en rose.  Rien que pour nous, la Villa ouvre ses portes, pour cette nuit magique . Au fond du parc, la lumière du bureau du grand-père Haag  nous attire sur le chemin de la visite . Chacun peut s’approprier ce moment privilégié : ici,  l’odeur sucrée du môut en préparation dans les cuves cuivrées, là, les sacs de malt torréfiés, ou encore, l’atmosphère singulière de  ce parcours au cœur  de l’histoire des brasseurs Haag ! L’odeur du barbecue géant  nous appelle. Les « Summer IPA », « Barbe Verte » ou Pils de la maison Météor égayent ce vrai beau moment ! Au départ, personne ne se connaissait. Désormais, la soirée est lancée, avec un refrain gentiment fredonné, celui de la convivialité. Allez Chauffe, Marcel chauffe ! Nous y resterions bien la nuit, mais notre bus doit repartir. Direction, Uberach !

Samedi 00h30

Sur l’air de « L’Aviron bayonnais », un « paquito » se lance entre les cuves de la brasserie Bellenaert, à Bailleul, tout proche de Lille. Pour les petits creux, de copieuses planches pain-charcuterie-fromage sont servies. Chacun les accompagne des bières éphémères de la brasserie, La Belle Bergère ou l’Aotearoa (Red IPA). Pierre-Benoît, l’un des brasseurs, assure lui aussi les visites afin d’expliquer l’histoire et les particularités de la brasserie.

La brasserie se transforme petit à petit en discothèque improvisée, avec le staff de la brasserie debout sur le bar… Nous aurons bien du mal à faire renter tout le monde dans les bus. Heureusement que des karaokés s’improviseront dans les cars…

Plongée au cœur de l’Alsace avec la traversée des villages traditionnels  d’Ettendorf, Alteckendorf, dans une nuit où l’on distingue parfois les poteaux des houblonnières, plantés ici ou là. L’Allemagne s’invite dans notre bus avec des accents d’Oktober Fest sur des airs de « Schatzi, schenk mir ein foto ».  Nous y voilà, Uberach : sa brasserie et ses whiskyes ! Eric, le brasseur, nous ouvre ses portes pour comprendre les interactions entre bières, gin et whiskye. L’ambiance, calme au début, s’anime au fur et çà mesure des dégustations d’eaux de vie de bière, gin et whiskye. Chacun comprend comme le brassin sert de base à ces eaux de vie. Notre enceinte portable distille une musique qui amuse le groupe et nous invite à regagner le bus  et atteindre notre ultime objectif : la Discothèque Fantastique à la brasserie Perle !

Samedi 02h45

Arrivés à Strasbourg, nous entrons dans la brasserie Perle revisitée en Discothèque. Anne et Christian ont la gentillesse de nous « offrir »  leur brasserie à cette heure avancée ! Les cuves en inox s’illuminent, les becs de Pils et d’IPA attendent les amateurs, la « Knacki » rosit pour nous faire tenir jusqu’au bout de la nuit :  Ben G, et sa Discotèque Fantastique, peut animer ce Dance Floor aussi éphémère que privilégié. La fatigue gagne certains, puis le mix provoque quelques timides déhanchés, de plus en plus nombreux , entraînés par une belle énergie musicale. Deux heures plus tard, nous regagnons notre bus, pour regagner notre point de départ, en un dizaine de minutes.

Samedi 04h

Dernière étape pour la Nuit lilloise : la brasserie Célestin à Marquette Lez Lille. Cette fois c’est au son d’une fanfare que le groupe est accueilli ! Bonne ambiance assurée avec du Joe Dassin entre les cuves et les barriques de vieillissement. Côté pression, on propose la Hoppy Yuzu, IPA au yuzu, et la Hibouberry, Doube IPA.

La plupart des participants tient la forme et danse au rythme des cuivres quand d’autres, il faut l’avouer, s’endorment doucement sur la grande table de la salle d’accueil… Au milieu de la nuit, sur demande de vaillants participants, on improvise une visite guidée de la brasserie, une bière à la main.

Samedi 06h 

Après un dernier trajet en bus d’une dizaine de minutes à peine, les Lillois reviennent à leur point de départ, en plein cœur de Lille. Un peu hagards, et les yeux cernés, les petits groupes se séparent, fatigués mais ravis ! Le week-end peut commencer…

Un peu plus tôt, les Alsaciens, les traits tirés mais les yeux rieurs, sont eux aussi rentrés. Il fait déjà jour sur Strasbourg. Les groupes se dispersent entre au-revoir et remerciements. Fatigués mais ravis, les noctambules du jour suggèrent déjà une deuxième édition. Jetzt geht’s los !!!!

 

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *