Blog

Tendances bière. Deux mots qui, il y a quelques décennies encore, faisaient figure d’oxymore. Car la bière n’étant pas tendance, elle ne connaissait pas non plus de tendances… En dix ans, la vapeur s’est renversée et la bière est aujourd’hui traversée par des courants majeurs, ceux d’un produit tout en même temps à la mode et populaire. Découvrez ici notre Top 5 des tendances bière.

Numéro 1 des Tendances Bière : L’IPA, encore et toujours

J’entends déjà les puristes : mais l’IPA, ce n’est plus une tendance, ça fait 10 ans qu’il y en a partout en France ! Je le concède. Mais qu’on le veuille ou non, et quel que soit le nom qu’on donne à cette « mode », l’IPA – ce style de bières très houblonnées – est et demeure le style dans l’air du temps. Pourquoi ? Difficile à dire : l’attrait de certains pour l’amertume ; l’attrait de beaucoup pour les notes très « sexy » d’agrumes, fruits de la passion et autres fruits exotiques qu’exhalent nombre d’IPA ; voire le design souvent très travaillé de leurs étiquettes. Et puis sans doute aussi le rôle de la brasserie écossaise Brewdog, qui a largement popularisé le style sous des atours merveilleusement bien markettés.

Numéro 2 des Tendances Bière : Les Sour Ales, quand l’acide remplace l’amer.

Une Sour Ale (prononcez « saoueure éïl) est une bière dont la caractéristique gustative principale sera l’acidité. Je vous rassure tout de suite, boire une Sour n’est pas croquer dans un citron. On y retrouvera aussi des notes souvent fruitées apportées par les houblons utilisés, voir de classiques arômes maltés. Cette acidité peut être obtenue par l’ajout de ferments lactiques, ou par l’utilisation de levures spécifiques. Attention, il s’agit de bières de spécialistes, qui dérouteront les néophytes !

Numéro 3 des Tendances Bière : La Bière Brut, comme le Champagne !

C’est LA tendance récente dans le monde des craft bières. L’idée ? Proposer des bières expurgées de tout résidu de sucre, et donc de tout goût de sucre et sensation de sucrosité en bouche. Le résultat, ce sont des bières très « sèches » (par opposition à rondes), comme des champagnes brut. Autre caractéristique des bières brut, un soin tout particulier apporté à la pétillance de ces bières, qui passe notamment par une grande finesse de bulle. Comme le Champagne, là encore. La responsable de tout cela ? Comme toujours, c’est en grande partie la levure utilisée, souvent empruntée, vous l’aurez deviné… au Champagne !

Numéro 4 des Tendances Bière : Les bières vieillies en barriques.

Un peu comme les IPA, les bières vieillies ne sont plus inconnues des amateurs. Mais pour qui se balade dans les brasseries, un élément de « déco » saute aujourd’hui aux yeux, et bien plus qu’il y a encore 2 ou 3 ans : les rangées – horizontales ou verticales – de barriques de bois portant d’étranges noms griffonnés  à la craie : Brune 2017 Calvados, Barley W. Whisky, Imp Stout Cognac 2018… Soit le style de bière, son millésime et le précédent contenu de la barrique utilisée. Produites par une poignée de brasseries inventives il y a encore quelques années, les bières vieillies tendent aujourd’hui à se démocratiser très franchement. Mais attention là aussi, il s’agit de bières d’experts – donc déroutantes ! – aux notes souvent boisées, vineuses ou vanillées, titrant régulièrement au-delà de 10° d’alcool. Petit conseil : dégustez-les en fin de repas, comme des digestifs !

Numéro 5 des Tendances Bière : Les bières (très) légères et (bonnes) bières sans alcool.

Boire une bière, c’est trinquer entre amis, se faire plaisir, mais on l’oublie trop souvent, c’est aussi se désaltérer ! Pour beaucoup de consommateurs, la bière remplit avant tout ce rôle, et c’est pour ces derniers que de nombreux brasseurs commencent à proposer des bières savoureuses, de caractère, mais ne titrant pas plus de 3°. La promesse ? Faites-vous plaisir avec une bonne bière désaltérante, en ne ressentant que très peu les effets de l’alcool. Daniel Thiriez, dans les Hauts-de-France, fut un précurseur, avec sa Petite princesse, bière de caractère assez houblonnée, et affichant un très raisonnable degré d’alcool de 2.9. Dans cette lignée, les brasseurs qui parviendront à produire de bonnes bières sans alcool seront sans doute, et très rapidement, en rupture de stock. Là aussi, des produits commencent à émerger, comme l’Energibajer, de la brasserie Mikkeller, sans alcool, mais avec beaucoup de goût !

Si vous souhaitez découvrir ces tendances et ces styles de bières, rendez-vous sur notre page agenda (https://tourisme.echappee-biere.fr/events/) et réservez une place pour l’une de nos dégustations à Lille, Strasbourg, Bordeaux ou Bruxelles !